Ensemble pour une presse libre, pluraliste, professionnelle et responsable !

Validation du code de déontologie journalistique et des statuts de l’OPB

Un code de déontologie journalistique et des statuts de l’observatoire de la presse au Burundi (OPB) actualisés ont fait l’objet, le 17 octobre 2014, d’un atelier de validation. L’atelier faisait suite à une autre rencontre des professionnels des médias avaient eu à discuter des amendements et enrichissements à apporter à ces deux textes majeurs pour la presse. Dans le préambule du code de déontologie en 24 articles, les journalistes burundais sont convaincus que le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. Les journalistes sont également convaincus que le public a droit à une information véridique, mais aussi le droit de connaître les faits et les opinions procède de l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes. Les professionnels des médias sont encore convaincus que la responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime sur toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics, que la mission d’information comporte nécessairement des limites qu’imposent les valeurs universelles des droits de la personne humaine et que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément. L’autre conviction est que la mission d’exercer la profession des journalistes ne peut être effective que si les conditions concrètes de l’indépendance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Les professionnels de la presse considèrent également leur mission comme un engagement à servir l’intérêt général. Statuts de l’OPB Les statuts de l’OPB, en huit chapitres de 41 pages, qui ont été mis à jour partent également de certains principes fondamentaux selon lesquels la liberté de la presse est reconnue et garantie par la Constitution du Burundi. Toute presse libre et responsable fonde sa crédibilité sur le respect cardinal du Code de Déontologie qui la régit. Au Burundi, les professionnels des médias souhaitent la mise en place d’un cadre favorable à l’éclosion d’une presse qui garantisse à la fois la liberté dans l’exercice de la profession et la possibilité d’informer le public correctement, de manière équilibrée, impartiale, rigoureuse et neutre. Ce souci a été particulièrement exprimé dans les recommandations du Forum sur les Etats généraux de la Communication en décembre 2001, de l’Atelier sur le Code d’Ethique et de Déontologie de la presse en août 2003 à l’intention des rédacteurs en chef de la presse publique et privée, de la commémoration de la Journée africaine de l’information en décembre 2003, et enfin à l’occasion de l’adoption du Code de déontologie de la presse au Burundi le 27 février 2004 ; Par ailleurs, la mise en place d’un Observatoire de la Presse au Burundi répond de manière adéquate au souci exprimé ci-dessus. L’OPB inscrit son action dans le cadre légal du décret-loi n° 1/011 du 18 avril 1992 organisant les Associations sans but lucratif, du Code de déontologie de la presse au Burundi dont il est dépositaire. L’article 4 précise les missions suivantes de l’OPB • Promouvoir et défendre la liberté de la presse • Veiller au respect pour la presse les médias du code de déontologie de la presse • Protéger le droit du public à une information libre, complète, honnête et exacte • Former, sensibiliser et interpeler les journalistes sur le respect des règles de déontologie • Assurer la fonction du tribunal des pairs • Encourager les journalistes et les organes de presse qui font preuve de professionnalisme • Veiller à la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur fonction • Mener des recherches et des réflexions sur l’état et de l’évolution des médias • Assurer la médiation entre les journalistes et leurs employeurs • Assurer la médiation entre les journalistes et leurs employeurs • Former les journalistes aux règles de déontologie. • Assurer le monitoring des médias qui est un travail régulier de l’OPB • Mener des recherches sur l’état et l’évolution des médias • Veiller à la sécurité des journalistes dans l’exercice de leurs missions • Encourager les journalistes et les organes de presse qui font preuve de professionnalisme • Assurer la mission de dialogue social (savoir régler les conflits entre employés et employeurs)