Ensemble pour une presse libre, pluraliste, professionnelle et responsable !

Le CNC s’avoue incompétent dans la double plainte contre la RPA

Le conseil national de la communication  (CNC)  a annoncé dernièrement avoir transmis le dossier de plaintes contre la radio publique africaine  (RPA, indépendante)  qui avait été introduit par la conseil national pour la défense de la démocratie/forces de défense de la démocratie  (CNDD-FDD) , parti au pouvoir) et par le gouverneur de Bubanza pour « imputations dommageables » à la suite de la mise en cause par la radio de jeunes affiliés à ce parti au pouvoir dans une attaque armée contre une position militaire de cette province du nord-ouest du Burundi.
Le dossier de plainte se trouve depuis peu sur les bureaux du procureur général de la République.
La RPA a réagi, par la voix de son directeur, Bob Rugurika, pour exprimer son indignation par rapport à la tournure que venait de prendre le dossier.
D’après la RPA, la tête du CNC serait passée outre les délibérations de l’assemblée générale de l’organe de régulation pour envoyer le dossier devant la justice.
La RPA sera dans l’obligation, devant le magistrat instructeur, de donner les sources de ses informations qui ont fâché le parti CNDD-FDD, comme le stipule la nouvelle loi controversée sur la presse au Burundi, surtout en cas d’information liée à la sécurité intérieure de l’Etat.
L’union burundaise des journalistes  (UBJ)  a déjà saisi la cour constitutionnelle de l’inconstitutionnalité de dispositions « liberticides » qui se trouvent dans la nouvelle loi sur la presse et obtenu gain de cause sur certaines d’entre elles.
L’UBJ a encore porté le dossier devant la cour de justice de la communauté est africaine  (CEA) , toujours dans l’espoir d’avoir une loi qui garantit la liberté de la presse au Burundi.