Ensemble pour une presse libre, pluraliste, professionnelle et responsable !

Le CNC doit se refuser à des injonctions

Nombreux sont les invités à l’émission passée de club de la presse qui ont trouvé que le conseil national de sécurité n’avait pas à donner des ordres à l’autre conseil national de la communication (CNC) de sévir contre certains médias, dont la radio publique africaine (RPA) qui a été citée nommément, qui en auraient rajouté dans la couverture médiatique de la répression policière de la manifestation du mouvement pour la solidarité et la démocratie (MSD, opposition), le 8 mars 2014.

Le président de l’Union burundaise des journalistes (UBJ), Alexandre Niyungeko, a plutôt trouvé que le travail de la RPA a été correct et qu’il fallait même donner une médaille à cette radio indépendante qui a couvert pratiquement de bout en bout les évènements violents de la journée du 8 mars dernier. La RPA a même donné la parole au porte-parole de la police nationale pour plus d’équilibre de l’information. On voit qu’il y a comme une volonté du conseil national de sécurité d’empêcher les gens de savoir ce qui se passait.

De l’avis de Innocent Muhozi, « les reproches à la RPA sont surréalistes. La radio a fait un reportage en direct et on se demande où se situe la faute. Et puis, comment un gouvernement peut se permettre de poser des actes de guerre et revenir s’étonner de la curiosité médiatique ? Pis encore, comment peut-on tirer dans un quartier résidentiel et espérer que les gens n’en parleront pas? Qu’on laisse les journalistes faire leur travail à la lumière des autres chaînes du monde qui ont eu à diffuser les révolutions arabes en direct ».

Pour Gorgon Sabushimike, le conseil national de sécurité a les prérogatives de suivre de près la situation du pays. Quant au travail de la RPA, à chacun d’apprécier. Sinon, les médias peuvent tout couvrir, mais avec du recul.

Jean Claude Kavumbagu, directeur de Netpress, a, quant à lui, estimé que « le conseil national de sécurité ne doit pas donner des injonctions au CNC. Il faut, en plus, rappeler le principe journalistique qui veut que les faits soient têtus et que les commentaires soient libres. C’est ce qu’a fait la RPA ».