Ensemble pour une presse libre, pluraliste, professionnelle et responsable !

L’UBJ condamne l’emprisonnement injuste d’Eloge Niyonzima

Bujumbura, le 17 décembre 2014(OPB)- Eloge Niyonzima, correspondant de la Radio Publique Africaine (RPA) en province de Bubanza est incarcéré à la prison de Bubanza depuis ce 15 décembre, en fin de journée. Il est accusé de « tentative d’assassinat » par le 1er substitut du Parquet de Bubanza.

Eloge Niyonzima est soupçonné d’avoir pris part, avec deux autres personnes, à une bagarre de bistrot où un jeune Imbonerakure, jeunesse du parti au pouvoir CNDD-FDD, aurait été violemment tabassé.

«Les recoupements d’informations à la disposition de l’UBJ confirment que cette bagarre a eu lieu vers 2 heures du matin alors qu’Eloge Niyonzima était déjà rentré à la maison peu avant 23 heures. Les témoins sur place ont confirmé ces détails, de même que les parents de la victime », indique Alexandre Niyungeko, président de l’UBJ.

D’autres informations fiables sur place indiquent que « les deux autres accusés affirment également que l’incident s’est passé alors qu’Eloge Niyonzima était longtemps parti. Même la victime avait au début confirmé l’absence du journaliste sur les lieux au moment de l’incident, mais il s’est rétracté sous pression, semble-t-il, des personnes qui souhaitent en découdre avec Eloge Niyonzima pour cause des révélations gênantes qu’il publie à la presse.

D’autres sources proches du Parquet indiquent qu’un substitut avait interrogé et relaxé 3 fois de suite Eloge Niyonzima, pour cause de non implication de près ou de loin. Seulement, un OPJ du nom d’Aloys Surwavuba, aurait tout fait pour faire emprisonner coûte que coûte le correspondant de la Radio Publique Africaine (RPA).

« Il s’agit purement et simplement d’un acharnement contre notre collègue et nous demandons qu’il soit libéré immédiatement », a ajouté Alexandre Niyungeko.

« L’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) condamne sans réserve cette ignoble intention de nuire et entraver le travail des journalistes de la part de certains individus qui se cachent derrière une justice en mal d’indépendance », a martelé le Président de l’UBJ. Il précise que l’UBJ est d’ autant plus qu’inquiète que de tels incidents se multiplient au fur et mesure que le pays avance de plein pied dans la période électorale, ce qui laisse penser à un plan d’éliminer certains éventuels observateurs gênants.

Enfin, l’UBJ en appelle à la responsabilité des autorités administratives, policières et judiciaires du pays en général, et de la province de Bubanza en particulier à ne pas continuer à livrer les journalistes comme des cibles désignées pour différents vindictes, alors qu’ils ne font que leur métier. En même temps, l’UBJ encourage les journalistes dans les rédactions centrales et sur terrain de garder le cap et travailler selon les règles de l’art et surtout de l’éthique et la déontologie.

« Nous sommes déterminé à suivre et dénoncer toute tentative d’intimidation des journalistes où que ce soit et quel que soit son auteur », a conclu le Président de l’UBJ.