Ensemble pour une presse libre, pluraliste, professionnelle et responsable !

L’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) préoccupée par la recrudescence des menaces à l’endroit des journalistes

Bujumbura, 19 Avril 2014- L’Union Burundaise des Journalistes (UBJ) est très préoccupée face à la recrudescence des menaces orchestrées ces derniers jours contre des journalistes par certaines autorités.
L’UBJ est d’autant plus inquiète que les journalistes Alexis Nibasumba, correspondant de la Radio Bonesha à Rumonge, Alexis Nkeshimana de la même radio à Bubanza et Eloge Niyonzima de la RPA à Bubanza soient poursuivis, menacés même de mort pour avoir traité un document publié par le Bureau des Nations Unies au Burundi, donc un document qui a son auteur.
L’UBJ trouve que ces journalistes n’ont fait que leur métier en recueillant des réactions au sein de la population face à ce document qui faisait état de la distribution des armes au sein d’une certaine partie de la population.
«Ces différents confrères ont, par ailleurs, publié le point de vue de toutes les parties : la population qui exprime ses inquiétudes, ceux qui sont épinglés dans ce document et qui nient toute implication, différents partis politiques et des observateurs.
Peut-on être blâmé pour cela, s’interroge encore l’UBJ ?
« Nous interpellons le Conseil National de la Communication(CNC) qui a dans ses attributions constitutionnelles la régulation des médias de s’acquitter de sa tâche effectivement ».
Cette régulation devrait se diriger de tous les côtés et ainsi, pour ce cas d’espèce, le CNC aura participé à protéger les journalistes qui s’acquittent de leur devoir.
L’UBJ interpelle également les pouvoirs publics à assurer la sécurité des journalistes comme celle de tous les citoyens puisque c’est un de leurs droits, mais aussi à garantir le droit à l’accès à l’information.
Pour l’UBJ, la loi reconnaît en effet à tout journaliste le droit de traiter n’importe quel sujet intéressant la vie publique de ce pays.
L’UBJ a réitéré son engagement sans faille à défendre le libre exercice de la profession journalistique.
A certains responsables politiques qui s’attaquent à certains médias, l’UBJ trouve qu’ils demandent une chose et son contraire puisqu’ ils s’en servent du jour au lendemain.
L’UBJ se dit prêt à mener des contacts en vue d’avoir un soutien juridique et en faveur des journalistes qui sont en train d’être trainés devant les juridictions.
L’UBJ demande enfin à la justice, le respect de la loi, rien que la loi.